Enquête et polémique

L’enquête officielle

La commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis dite commission du 11 septembre (en anglais National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States ou 9/11 Commission) a été mise en place fin 2002 pour étudier les circonstances autour des attentats du 11 septembre 2001.
Après avoir  interviewé plus de 1 200 personnes dans dix pays, dont les présidents George W. Bush et Bill Clinton, et inspecté plus de 2.5 millions de documents dont certains classés confidentiels, un rapport officiel détaillé a été rendu public le 22 juillet 2004. Ce rapport  de 585 pages revient sur la chronologie précise des événements, sur les opérations de secours, la façon dont la journée a été vécue à la Maison Blanche… Il étudie également le développement des mouvements islamiques dans le monde, les terroristes ainsi que leurs sources de financement. Il met en évidence la vulnérabilité des USA en raison de la faiblesse de la protection de ses  frontières et les failles des services de renseignements. Ce rapport propose alors une réforme du système de sécurité américain et les relations entre les Etats-Unis et le monde arabe.
Il faut noter que les membres du comité d’enquête ont déploré la censure faite par l’Administration George W. Bush afin d’empêcher la Commission d’approfondir et réaliser un véritable travail d’investigation. En effet, celle-ci a exercé une singulière pression pour éviter que certaines informations jugées confidentielles soient révélées, ce qui aurait pu mettre en péril la protection du pays. Cette restriction d’information a pour but de sauvegarder la sécurité nationale, y compris la protection des Américains contre de futures attaques terroristes.

Par ailleurs, l’enquête officielle établit que l’effondrement des tours est du à l’effet combiné de l’impact des avions et des incendies ainsi provoqués.