Les conséquences

L’impact économique

L’impact économique du 11 septembre ne saurait être contesté dans la mesure où les attentats ont touché le cœur même de l’économie américaine et, par voie de conséquence, internationale.

La plupart des analystes économiques considèrent que les attentats du 11 septembre ont été à l'origine d'un ralentissement économique significatif.
Pour la première fois depuis la première Guerre Mondiale, la Bourse de New York (NYSE), n’a pas ouvert le matin du 11 septembre 2001 et est restée fermée quatre jours jusqu'au 17 septembre. Lors de la réouverture des marchés boursiers, la bourse a chuté de façon considérable. A la clôture des  marchés,  le Dow Jones a enregistré une chute de  14,26 %,  le S&P 500 de 11,6% et le NASDAQ de 16,1%.  Ce fut la pire semaine enregistrée par le Dow Jones depuis la Grande Dépression.
Selon le « World Economic Report » du Fonds Monétaire International de décembre 2001, l'US National Income and Products Accounts évalue les destructions et les dépenses qui leur sont directement liées, après le 11 Septembre, à 24,1 milliards de dollars 
Ainsi les attentats du 11 septembre 2001 ont des répercussions sur le transport aérien, le tourisme et les banques. Près d'une centaine de milliers de New-Yorkais se sont retrouvés au chômage et des milliers d'entreprises (particulièrement dans le secteur tertiaire) ont disparu ou subi des pertes considérables suite à la destruction de ce centre d'affaires, qui était l'un des plus actifs de la planète.
Le 23 mai 2007, sept assureurs des tours du World Trade Center ont trouvé un accord extrajudiciaire avec le promoteur du complexe. Ils paieront au total 2,1 milliards de dollars au lieu des 7 milliards réclamés après les attentats.