Les conséquences

Des répercussions sociales : exemple de la santé

Suite à l’effondrement des tours, des analyses ont montré qu’il y avait une présence importante de polluants dangereux (plomb, dioxine, mercure, amiante, …) dans le sud de Manhattan. Des milliers de victimes « cachées »  du 11 septembre souffrent aujourd’hui de cancer, de maladies pulmonaires et de déficiences respiratoires  dus aux poussières toxiques : « Le syndrome du World Trade Center ». 
La Chambre des représentants  a adopté le 29 septembre 2010, le James Zadroga 9/11 Health and Compensation Act, qui a été ratifié  par le Président Barack Obama le 02 Janvier 2011.Cette loi vise à fournir une couverture maladie aux  secouristes, policiers, pompiers, travailleurs et bénévoles atteints par des affections liées aux attentats grâce à la création d'un fonds de 4,3 milliards de dollars. 
Cependant,  le fonds  ne couvre pas les cas de cancer puisque le « National Institute for Occupational Safety and Health » n’a établi aucune connexion entre l’exposition aux poussières toxiques et les risques d’occurrence de cette pathologie. Selon les conclusions du rapport officiel de la commission d’enquête il y a  « trop peu de preuves… à l’heure actuelle pour que l’on propose d’ajouter le cancer à la liste des problèmes de santé liés au WTC ». Cependant, John Howard, médecin à la tête du programme fédéral consacré aux répercussions du 11 septembre, explique qu’il s’agit que d’un rapport préliminaire et que de nouvelles informations prenant compte des dernières données disponibles, viendront le compléter.

 

En 2011, environ 70 000 personnes sont enregistrées comme ayant été exposées aux émanations toxiques dues à l'effondrement des deux tours jumelles du centre d'affaires new-yorkais. 
La municipalité de New York a elle aussi mis du temps à réagir. Ce n’est en effet que le 19 Novembre 2010 qu’un accord a été établi avec les dizaine de milliers d’ ouvriers, pompiers et policiers ayant travaillé sur le site de Ground Zero qui avaient porté plainte suite à de graves problèmes de santé. La majorité a accepté la compensation financière proposée, qui s’élève au total à 712 millions de dollars.
Il a fallu attendre neuf ans pour que les autorités commencent à s’inquiéter des retombées des attentats du 11/09, puisque auparavant ces risques avaient été passés sous silence.

Selon les scientifiques, il faudra attendre vingt ans pour évaluer le nombre réel de victimes du 11 septembre.