Les signes avant-coureurs

La planification et l’exécution des attentats

La Commission Nationale sur les attentats terroristes contres les Etats-Unis a pu mettre en lumière la méticuleuse préparation des attentats du 11 septembre 2001 . Un des éléments clé de celle-ci nous amène en Allemagne, à Hambourg, au début des années 1990. Quelques étudiants musulmans, de diverses nationalités, vivent dans cette ville. :L’Egyptien Mohamed Atta, le libanais Ziad Jarrah,  l’Emirati Marwan al Shehhi, et le yéménite Ramzi Binalshib. Portés par leur fanatisme respectif, tous les quatre se radicalisent entre 1995 et 1996. Après plusieurs tergiversations, ils décident en 1998 de partir en Afghanistan pour mettre leurs convictions au service d’une cause et, ainsi, rencontrer Ben Laden.

Parallèlement, Al-Qaïda, créé dix ans plus tôt, est dans une logique de recrutement et de formation de soldats afin de partir en «djihad», la croisade islamique. Celle-ci obtient des financements reposant sur la récolte de fonds et non sur la seule fortune de Ben Laden, et prend de l’ampleur.
Après un passage au Soudan, Oussama Ben Laden revient en Afghanistan en 1996. Il publie en cette année-là  sa déclaration de guerre contre les Etats-Unis Dès 1998, un rapprochement entre le Jihad islamique égyptien et Al-Qaïda s’amorce. Une fatwa commune appelle à «tuer les américain et leurs alliés ».
C’est à cette époque que les quatre jeunes islamistes réunis à Hambourg lui prêtent serment et sont formés par l’organisation terroriste. Khalid Sheikh Mohammed, citoyen koweïtien originaire du Baloutchistan (Pakistan), soumet à Ben Laden une idée d'attentats d’envergue. En 1999, Ben Laden choisit comme cible Les Etats Unis en représailles contre la présence des troupes américaines en Arabie Saoudite, leur soutien au gouvernement israélien et contre  le blocus économique infligé à l’Irak.
Le groupe de Hambourg est sélectionné pour ce qui figurera dans les documents d’Al-Qaïda sous le nom d’ «opération des avions» dont Mohammed Atta est le leader. 
Les jeunes  rentrent en Allemagne pour  finir leurs études, puis reçoivent pour mission de se fondre parmi les américains aux Etats-Unis. Tous les quatre se montrent exemplaires, notamment Mohammed Atta, dont les instructeurs diront par la suite qu’il avait une certaine prédisposition pour le pilotage. Chacun sera à la tête d’un des groupes qui détournera les quatre avions.
Une quinzaine de saoudiens de 20 à 28 ans sont recrutés en renfort, à la sortie des mosquées ou des universités, en 2000, pour aider à maîtriser les passagers dans les avions. Ils reçoivent en Afghanistan un entraînement spécifique pour leur tâche dans le cadre des détournements des vols, et arrivent aux Etats-Unis au printemps 2001 pour mourir en martyrs.

Avant les attaques, tous prennent l’avion à plusieurs reprises. Ils constatent qu’il est possible de prendre à bord des couteaux et des cutters, que les portes du cockpit s’ouvrent pour la première fois après 15 minutes de vol, moment clé pour le détourner.
Les 19 terroristes qui participeront finalement aux attaques étaient parfaitement intégrés à la vie américaine.
Al-Qaïda a financé les attaques.. Des établissements américains ont été utilisés pour y déposer l’argent, le transférer et puis le retirer.
Les fonds ont  surtout été  utilisés pour les cours de pilotage, les déplacements et les frais de séjour.

Il faut savoir qu’avant le 11 septembre, le contrôle financier était avant tout  conçu pour détecter le blanchissement d’argent de la drogue et non pour la détection de  transactions terroristes.
On peut estimer le coût de ces préparatifs à 500 000 dollars ce qui est très peu comparé au coût des  attentats : 20 milliards de dollars pour la seule ville de New York.