Les conséquences

Les représailles militaires

  1. La guerre en Afghanistan :

  2. Le soir même du  11 septembre, dans son discours à la nation, le président George W. Bush, parle d’une « guerre contre le terrorisme » et de la constitution d’une coalition internationale. Il annonce qu’ « aucune distinction ne sera faite entre les terroristes qui ont commis ces actes et ceux qui les protègent ».
    Le leader du réseau d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden est pointé du doigt comme étant le principal investigateur de ces attentats bien qu’il ne les ait revendiqués que bien plus tard, en septembre 2002. Les Etats-Unis lancent alors un ultimatum aux Afghans censés abriter depuis 1996  Oussama Ben Laden. Celui-ci est clair : « livrez-nous Ben Laden ou nous irons le chercher par la force ».  Le 20 septembre le conseil de l’ONU ordonne aux Talibans de livrer Ben Laden ainsi que les chefs d’Al-Qaïda. Devant le refus de Mollah Omar, chef des Talibans, les Etats-Unis, en octobre 2001, déclarent la « guerre contre le terrorisme » en Afghanistan.
    Les premiers bombardements ont lieu le 7 octobre 2001. Le régime s’effondre le 7 décembre 2001 après que Kaboul et Kandahar ont été envahis. Le rapport de la Commission d’enquête estime qu’un quart des dirigeants d’Al-Qaïda ont été tués ou capturés.

  3. La guerre en Irak :

  4. Suite aux attentats, George W. Bush lance le plan « Iraqi Freedom » malgré l’avis défavorable de l’ONU qui la juge illégale. L’Irak est envahi le 20 mars 2003. Les objectifs sont multiples : abattre un gouvernement soupçonné de détenir des armes de destruction massive, instaurer une nouvelle démocratie et surtout  contrôler les puits de pétrole irakien. La guerre se termine le 18 décembre 2011 avec le retrait des dernières troupes américaines . L'invasion a conduit à la défaite rapide de l'armée irakienne, à la capture et l'exécution de Saddam Hussein en 2006 et à la mise en place d'un nouveau gouvernement. Cette guerre a coûté 712 milliards de dollars. Grâce aux hydrocarbures et aux armes, l’argent est réinjecté dans l’économie américaine.
    Saddam Hussein avait permis la libéralisation de la femme sous son régime (aucune obligation pour les femmes  de porter le voile et plus d’accès à l’éducation). Depuis sa mort, les extrémistes ont repris le pouvoir et ont supprimé toutes les libertés accordées à la femme.