La Tour 7 est reconstruite à l’aide de verre extrêmement clair qui permet de réfléchir parfaitement la lumière. Elle a ouvert ses portes en 2006 et est régulièrement utilisée pour des conférences de presse et autres manifestations.

Explication technique et physique de la destruction des bâtiments

Le World Trade Center Building 7

Le World Trade Center Building 7 (ou Salomon Brothers Building), haut de 47 étages, mesurant 186 mètres, s’effondre le même jour que les célèbres tours jumelles, le 11 septembre 2001, sans avoir été frappé par un avion. Tout le monde garde en mémoire les images des tours jumelles, mais beaucoup ignorent l’existence de l’effondrement d’une troisième tour. La tour 7 fut ouverte en 1987 après quatre années de travaux dirigés par les compagnies Tishman Realty & Construction et Emery Roth & Sons. De forme trapézoïdale, elle était soutenue par vingt-quatre colonnes d’acier renforcées en son centre, de cinquante-sept autres colonnes situées aux extrémités de la fondation et de nombreuses poutres assurant la répartition de la masse dans les étages. Située à l’extrémité nord du site, elle abritait dans ses locaux des bureaux de la CIA, du Département de la Défense, et d’autres services secrets américains ainsi que les quartiers généraux pour des situations de crises de la mairie de New York. De même, la centrale électrique Consolidated Edison s’y trouvait possédant plusieurs réservoirs de carburant ayant pour but d’alimenter les générateurs du quartier.

A 10h28, la tour Nord s’effondre, ses débris sont projetés sur un large périmètre, entrainant plusieurs départs de feu et incendies dans les bâtiments environnants dont les bâtiments 4,5 et 6 du World Trade Center. Le building 7 situé 107 mètres plus loin est le plus durement touché par les incendies, comme en témoigne son effondrement à 17h20, en l‘espace de sept secondes. Il est le seul à subir ce sort. Ce troisième effondrement fut expliqué par le rapport officiel comme étant du aux violents incendies, au revêtement anti-feu inefficace suite, aux dégâts causés par la chute des débris, aux gicleurs automatiques défectueux, aux gallons d’essence animant le feu et enfin au manque d’effectif de pompiers, la plupart étant partis aider les victimes des tours jumelles.

Peu de temps après le déblayage des débris, les travaux de reconstruction de la tour 7 commencèrent avec en priorité la construction de la station électrique achevée en 2003, afin de répondre au besoin énergétique du Lower Manhattan.